Actualités

Comprendre les crises économiques et réagir en juristes

Les inquiétudes de ceux qui craignent un effet négatif des crises de ce début de siècle, sur l'état de nos droits, et l’évolution de notre justice, sont fondées. La justice, vertu cardinale de l’action politique, aussi bien que l’institution judiciaire et ses juges, sont les seules garantes de nos libertés. Il n’est pas sur qu’elles résistent aux troubles économiques et géopolitiques en cours.

Le monde est engagé, plus solidairement que jamais, dans de multiples crises qui se superposent, aux causes différentes, les quatre plus sérieuses en Occident, aux États-Unis, en Europe et en France. A un moment où de grandes mutations technologiques entrainent des mutations comportementales de caractère plus sociétales que politiques ou religieuses. La question exige plusieurs réponses documentées par l’expérience. C’est ainsi que je vous présente l’état des réflexions en cours, au sein de l’institut PRESAJE, sur ces mutations résultant
de ces crises globalisées, partout où elles impactent votre vie de professionnels du droit.

Vous souhaitez mieux comprendre, et mieux réagir, pour faire face à vos responsabilités. Pour répondre à votre attente, bien qu’il s’agisse, pour partie, d’économie, je ne parlerai pas chiffres. D’abord, parce que l’obsession de convaincre par les chiffres est devenue vaine par saturation. Ensuite, comment ne pas privilégier la parole face à une assemblée comme la votre. Enfin, parce la parole réfléchie est plus efficace pour créer la persuasion, la conviction de devoir agir.

Autant l’économiste se détermine par référence aux normes reposant sur des chiffres autant le juriste se détermine par référence aux normes exprimées par des mots et des textes. Les crises ont obligé les économistes à réfléchir avec des mots, et des textes, à profusion, au point que les faits économiques et financiers, les pensées et débats qui s’y attachent, sont hypertrophiés et omni présents dans la vie des peuples. Il est temps que les juristes se saisissent des crises de l’économie en réfléchissant aux chiffres et à leurs conséquences, avec les mots et les pensées du droit, de la justice et de la liberté.

1. - La victoire de la Chine et les crises occidentales

Depuis 30 ans, l’Occident est face au problème de l’émergence économique et politique du plus grand peuple de la planète, la Chine. Napoléon Ier l’a prédit, jadis, en son temps, Alain Peyrefitte l’a prophétisé, naguère, écrivant que son réveil ferait trembler le monde.

Les tremblements de cette crise vont secouer tous les peuples pendant le temps des vues humaines. Spécialement en Europe. Et plus encore en France. Pour comprendre la profondeur du trouble, il faut regarder l’accumulation des défaites annoncées, avec précision, il y a dix ans, dans « La victoire de la Chine » de Mandelbaum et Haber aux Editions Descartes.

On ne peut pas dire que l’énoncé du problème posé à l’Occident l’ait mal été. Au contraire. Mais la pensée occidentale de la Pax Américana du début de 21ème siècle, de signe zodiacal judéo chrétien à fort ascendant protestant, était occupée ailleurs. Elle réagissait, en religion, contre l’Islam, en méprisant la réalité géopolitique de la conquête chinoise. Les réponses apportées furent tardives et, plus grave, erronées.

Cette quête de puissance du plus grand peuple du monde, fut clairement décrite par Mandelbaum sous forme du croisement de deux courbes des développements de l'Occident et de l'Orient chinois. Le premier croisement s’est produit à la fin du XVe siècle lorsque l’Occident a accumulé les manifestations de sa puissance, la découverte de l'Amérique, la renaissance, le siècle des lumières, les révolutions industrielles et les conquêtes coloniales, alors que l’Empire du milieu allait décliner pendant la même durée.

Le second croisement a achevé l’inversion des deux courbes lorsqu’à la fin du 20ème siècle, l’Orient chinois a profité du déclin de l’Europe ravagée par un siècle de guerres civiles, ayant entraîné la perte de trois empires, l'anglais le français et le russe. Ce que Mao Tsé Toung, mort en 1976, n’avait pas imaginé, Deng Xiaoping l’a mis en œuvre aussitôt après sa disparition. Il ne restait plus aux occidentaux qu’à observer, et subir, ébahis, muets d’interrogations, les progrès de la Chine en 30 ans.

Il est aussi intéressant qu’inquiétant d’entendre, début 2012, le premier Ministre chinois « rassurer » les Européens en affirmant à son premier client, l’Allemagne, que la Chine ne voulait pas racheter l’Europe. Ce qui peut aussi signifier, qu’en l’état où il la voit, il attend qu’elle soit vendue « à la casse ». Face à ce problème majeur, annoncé et vérifié, les trois réponses de l'Occident ont chacune aggravé une crise, dont il a enfin été pris conscience lorsque la cigale Europe est allée « taper » la fourmi chinoise.

La première réponse a considéré que, dès l'instant où le monde dit émergent, Chinois en tète, avait choisi le modèle de l’économie de marché, il avait ipso facto rejoint le modèle occidental construit sur le bien-être, la croissance, la démocratie. C’est faux et archifaux.

Alain Minc lui-même, auteur de « la Mondialisation heureuse », en 1997, a corrigé en 2004 dans « ce Monde qui vient » en évoquant le capitalisme chinois de l’apocalypse. Jean-Marc Daniel, historien et économiste lucide qui pourfend la sinobéatitude qui règne en France, en 2012, n’est pas plus entendu. La Chine se développe en forte croissance sans démocratie grâce à un bien-être très sélectif. Le Japon vit le bien-être de la démocratie sans croissance depuis 20 ans. Quant aux Etats pétroliers dont les Emirs ou les oligarques achètent l’Europe, ils vivent de la rente, sans croissance industrielle, ni liberté démocratique.

La seconde réponse a considéré que l'Occident organisateur de la globalisation des échanges gérerait la répartition du travail entre les pays, en se gardant les fonctions « nobles », et en laissant partir les petits emplois chez les pauvres, comme il l'avait fait au XIXe siècle avec les classes sociales non instruites prolétarisées invitées, par la bourgeoisie instruite, au développement du machinisme et de l'industrie. Faux et archifaux.

Certes, chaque pays assure son émergence en prenant en charge les travaux les moins rentables jusqu'à trouver celui qui en héritera. Il le fera au fur et à mesure que son développement économique lui permettra de prétendre à des productions industrielles plus rentables entrant en concurrence avec les productions occidentales restant à absorber.

La troisième réponse a consisté à laisser la Chine devenir l’usine du monde, à lui permettre d’utiliser le formidable potentiel de ses propres migrants, les Chinois dits d’outre mer, pour coloniser, au nez et à la barbe de l’occident, les territoires des anciens empires coloniaux abandonnés. Erreur imbécile, digne d’un gribouille obsédé par un appétit maximum de biens de consommation, pour un prix minimum. Ce qui n'a fait qu'aggraver et accélérer la remontée de la courbe bien au-delà du croisement constaté il y a dix ans, dans « la victoire de la Chine » sur un Occident victime de sa propre bêtise arrogante. La messe est dite.

2. - Le déclassement de la puissance américaine et la crise des États-Unis

Depuis 30 ans la première puissance mondiale, gestionnaire de la Pax Américana à vocation messianique, nation faite de matériaux composites, les Etats unis sont confrontés à une triple difficulté interne qui exigera d’eux un traitement à long terme.

D’abord, le vieillissement naturel de sa population exclusivement financé par une épargne qui appelle des rendements élevés des capitaux nécessaires pour l’entretien d’une classe inactive, de plus en plus nombreuse, et influente à raison de son poids politique. Ensuite, la dégradation de la santé physique des classes moyennes, par une obésité liée à un mercantilisme de consommation mal maîtrisé, auquel s’ajoute une urbanisation criminogène. Enfin, la dégradation des infrastructures dont l’indispensable remise en état est empêchée par les blocages politico fiscaux.

La première réponse de l'administration fédérale a pris la bonne mesure de cette réalité à laquelle elle a apporté une solution destructive. Elle a estimé que le modèle de capitalisme fordiste qui avait supporté le complexe militaro-industriel victorieux de la deuxième guerre mondiale et de la guerre froide, ne produisait pas assez de rentabilité pour traiter les trois difficultés du pays, pensions de retraite, santé, infrastructures. Les États-Unis ont déclassé ce modèle pour le remplacer, depuis le milieu des années 80, par le monétaro financier dérégulé reposant sur le capitalisme managérial, la share holder value des fonds de pension, la fair market value des prédateurs financiers. Ce qui avait été bon pour GM (General Motors) et l'Amérique ne l’était plus. Ce fut G. S.(Goldman Sachs) qui devint le modèle américain.

La seconde réponse a consisté à inventer et à généraliser le leverage, l'effet de levier créé par des emprunts à très bon marché, utilisés pour restructurer des pans entiers de l'économie industrielle livrée aux seuls critères quantitatifs des marchés financiers. Ce qui était très bon pour G. S. devenait mortel pour GM, on l’a vu en 2009. Il a suffi d'ouvrir en grand les portes de Wall Street pour y trouver tout l'argent à transformer, sous forme de tous les produits que la révolution numérique allait permettre de faire exploser partout dans le monde. Entre 2000 et 2010 les fonds de leverage sont passés, en volume, de 250 % de PIB annuel à prés de 400 %, aussi bien aux États-Unis qu'en Europe.

Une fois cet emballement dérégulé, incontrôlé, installé dans la vie économique, sous le règne bienveillant et obstiné de la Réserve Fédérale américaine, il était inévitable qu'après avoir buté sur l'insuffisante rentabilité du complexe Militaro industriel et du capitalisme fordiste, les États-Unis buteraient sur l'excès de cupidité du capitalisme managérial et du complexe monétaro financier. Là est la cause, conjuguée avec la victoire de la Chine, de la désindustrialisation des Etats Unis et de l’Occident.

Des milliers d'ouvrages et de colloques ont évoqué ces trois erreurs majeures des États-Unis face à la dégradation profonde de la situation sociale de leur population et de leurs infrastructures. Mais un espoir réel renait de la mutation récente du modèle monétaro financier vers le type monétaro industriel qui fait le succès de l’Allemagne. C’est le retour de G M au propre et au figuré. Pour que cette mutation réussisse il faudra du temps. Une génération va devoir rééquilibrer les effets de l'individualisme originel, anti taxes, de
l’Américain, et la contribution collective indispensable pour répondre aux défis internes et externes posés à son leadership.

Pour éviter de passer du déclassement au déclin. Ce sera le retour vers un nouveau modèle de guerre froide qui aidera les Etas Unis à se rétablir. L’Américain qui est un allemand en costume d’Anglais va ajouter au melon londonien de la finance pour les grosses bretelles bavaroises de l’industrie. L’Europe, bon gré mal gré, devra prendre sa part de l’effort.

3. - La crise de l'Europe géographique et politique

Depuis 30 ans, le premier marché mondial, l’Europe géographique à 27 pays, est confrontée aux convulsions géopolitiques inhérentes à la fin des trois guerres qu’elle a vécues au 20ème siècle, les deux chaudes et la froide.

L’Europe, telle qu’un Chinois peut la voir à l’ouest de l’Oural, est passée, dans les années 90, sans drame, d’une coupure longitudinale, le rideau de fer et le mur de Berlin, à une coupure latitudinale le 45e parallèle. Dans l'ancien modèle les mauvais étaient à l'est, enfermés dans leur complexe Militaro - idéologique. Les bons étaient à l'ouest, ouverts au monde, avec leur modèle socialo-industriel, né dans la communauté charbon acier en 1957. La guerre froide aidant, l’Allemagne, coupée en deux, y a trouvé le moyen de se rétablir après sa folie suicidaire , la France le moyen de se maintenir après la perte de son Empire colonial. La décennie 80 à détruit ce bel équilibre, à la suite de la révolte des polonais.

En dix ans l’Est géopolitique a disparu. L’Allemagne a retrouvé sa puissance géographique. Pendant ces temps cruciaux la France, avec les meilleures intentions du monde, a solidifié les bases de son modèle socialo- hédoniste providentiel. Les Allemands lui ont tourné le dos en construisant leur modèle monétaro industriel exportateur, partagé avec la Chine. Sous le regard bienveillant du Royaume uni et de son système monétaro financier partagé, lui-même, avec les Etats Unis.

Pourquoi, alors, l’Europe politique n’est elle pas encore morte ? La raison tient aux trois décisions prises, toutes favorables à l’Allemagne et au Royaume uni, toutes défavorables à la France. Et parce que, pour la France, déclassée, cette Europe reste garante de la paix, menacée, à terme, par le retour de la puissance allemande, l’émergence de la Chine, et le rétablissement américain.

Pour que ce couple franco- allemand, séparé de biens, pas encore de corps, se rabiboche, il faudra que soit l’Allemagne change, soit la France change. Pour apprécier la probabilité de la survenance de chaque terme de l’alternative, il faut rappeler les trois décisions néfastes que la France a laissé passer il y a 20 ans.

a). La première décision a consisté pour les dirigeants français, en 1990, à regarder, passer le train de la réunification allemande. Ces responsables n’ont voulu voir que le bon coup de la récupération par l’ouest, d’un territoire et d’une population qui faisait rire de mépris avec sa « Trabant ». Aucun n’a voulu voir que , 20 ans plus tard, l’ex RDA constituerait la partie émergente, ouverte à l’est, de l’économie allemande, une fois accompli l’effort pour l’intégrer à l’ouest. Et qu’ainsi l’Allemagne remporterait deux victoires, économique sur ses voisins, politique sur elle-même, qui effaceraient, chez elle, les souvenirs honteux du 20ème siècle.

b). La seconde décision a consisté, deux ans plus tard, en 1992, à élaborer, dans le traité de Maastricht, un modèle monétaro-industriel d’inspiration rhénane, plus que méditerranéenne, dans lequel les pays de l'Union européenne, souscriraient des engagements de déficit et d'endettement que la France serait incapable de tenir. Y ajoutant l’instauration d’une monnaie unique qui supprimerait les dévaluations répétées, bases de la compétitivité de la France et des pays du Sud face à ceux du Nord. Ce fut l’acte de condamnation du modèle socialo-providentiel des Français.

c). La troisième décision a consisté à adopter l’ Euro sans la Grande Bretagne. Elle a remis la France et son modèle socialo providentiel entre les mains de l’Allemagne et de son modèle monétaro-industriel. On peut ajouter deux cerises sur ce gâteau au poivre. La volonté française de piloter la Banque centrale pour bien marquer l’attachement français au dogme monétaire allemand. Le choix du G 10 de l’époque – 1992 – d’appliquer le fameux « ratio Cooke » qui a eu pour effet, en 1993, d’achever la 1ère banque européenne, le Crédit lyonnais, déjà mal en point, et de liquider les velléités, en France, de développer le concept de banque industrie, souvent présenté comme élément déterminant des succès germaniques.

Depuis 20 ans, l’Europe vit avec un grand malade, son vieux père, le modèle socialo-industriel né, pendant la guerre froide. Il a généré deux enfants aux caractères inconciliables, le modèle latin socialo-providentiel consommateur, le germanique monétaro industriel producteur. Le malade est resté en réanimation grâce aux soins intensifs des crédits fournis par les marchés. La crise les oblige à débrancher les tuyaux qui alimentent le modèle socialo providentiel. Quand on voit l’effet sur la Grèce, son état de droit et ses libertés, on peut être préoccupé de voir arriver les conséquences pour la France.

4. - La crise française et le surclassement de son économie par l’Allemagne

Le décrochage survenu entre les deux premières économies de l’Union Européenne, au détriment de la France, n’est qu’un des éléments de ce mal être des Français qui est une crise en soi, complexe, autant commentée, par tant d’auteurs, que l’est depuis quelques années la crise économique et géopolitique mondiale. Lucidement, le malaise économique est plus facile à résoudre que le mal être ambiant. Il suffit que la société française, pendant quelques brèves années préfère la production à la consommation, le travail qui se vend à l’emploi qui s’administre. Ce devrait être d’autant plus facile que, si l’Etat français est endetté, les Français, grands épargnants, sont riches, à la mesure des dettes de leur Etat. Le sujet est vaste il faudra y revenir dans une prochaine publication de l’institut PRESAJE.

En effet, il est intéressant d’entendre ce qui se dit dans les débats de la campagne présidentielle française sur ces sujets économiques européens. Le pouvoir en place est vilipendé au motif qu’il s’est soumis à l’Allemagne. L’opposition oppose son modèle socialo providentiel pour l’imposer au modèle monétaro industriel allemand. Les objectifs sont généreux. Mais avec quelle industrie et quel argent ?

Au moment de la confrontation l’ Allemagne rappellera une évidence. Qui était au pouvoir en France et à Bruxelles, en 1990/1992, quand toutes ces décisions favorables à l’Allemagne ont entrainé le déclassement de la France en une décennie ? François Mitterrand à Paris, Jacques Delors à Bruxelles.

Cette observation, qui n’est pas condamnation, répond à la question sur les chances, nulles, de voir l’Allemagne changer. A la France d’en tirer les conclusions. Ce qui ne signifie pas que les enfants spirituels des auteurs des ces erreurs géopolitiques seront incapables de les corriger. Il leur suffira de prendre aux Français ce qu’il faut donner à la France, pour leur éviter de passer ensemble d’un déclassement relatif au déclin, le déclassement absolu. Comme en 1940, après que l’Allemagne, de 1920 à 1940, ait surclassé la France dans leurs puissances militaires respectives. Au point de l’asservir en un mois de conquête éclair. Aujourd’hui, le déclassement économique provoqué par la puissance exportatrice pacifique des Allemands reste relatif. Le déclassé qui n’a pas eu l’envie suffisante de se battre avec les moyens du travail et de l’effort n’est pas le vaincu asservi. Le rétablissement lui reste ouvert.

REAGIR en JURISTES

La profession d’avocat, famille aux branches multiples de juristes polyvalents, est, par nature et par intermédiation sociétale, apte à réagir face aux pathologies des sociétés humaines, comme à l’affaiblissement des lois qui libèrent et des institutions judiciaires qui protègent. Cette aptitude est remise en cause, au travers des bouleversements des crises de l’économie globale, qui surviennent hors droit, hors justice, par la domination qu’exerce l’esprit économique et ses affirmations péremptoires sur l’esprit juridique, écarté des études et des débats.

Pour répondre à la question comment réagir ? il faut expliquer pourquoi les situations de déclassement qui viennent d’être décrites, les éventuelles décisions de redressement risquent d’aggraver les tensions sociétales, l’affaiblissement de la loi, le déclassement de l’institution judiciaire. Ces explications, forcément sommaires ne peuvent constituer un bréviaire du comment réagir. Elles doivent aider chacun à faire ce qui manque le plus, réfléchir à ce qu’il veut, doit et peut faire d’utile.

a). Une intermédiation sociétale qui exige une parole d’apaisement.

Quand on considère que la parole, comme déjà dit, constitue un moyen efficace de convaincre à agir, faut il encore qu’elle soit crédible. Quand on observe, qu’en 5 ans de temps, deux auteurs reconnus, publient avec succès deux ouvrages qui décrivent la profondeur des sentiments de défiance qui paralysent la société française on mesure l’absence de crédibilité des opérateurs de l’intermédiation, en dehors des altruistes du soutien aux miséreux. Tout est réuni pour ce qui est à la limite du supportable, par excès de défiance, dégénère dés que le moindre des efforts à accomplir sera accueilli avec une défiance encore accrue.

Au risque de rendre les relations sociétales corrompues par les conflits de toute sortes, partout, tout le temps. L’état psycho dépressif de la société française, non démontré, mais révélé par sa place sur le podium du championnat mondial de consommation de psychotropes, peut la conduire vers l’aventure suicidaire.
Donc, partout où un intermédiaire sociétal opère, comme l’avocat qui gère les troubles conflictuels, il doit porter une parole d’apaisement, de conciliation, de médiation, de solution. L’exemple réussi de la séparation amiable, dans le code le plus idéologiquement rigide, celui du travail montre l’utilité de la démarche. Ce sera une première réaction aux conséquences de la crise du déclassement.

b). L’affaiblissement de la Loi française.

Le sujet mériterait qu’une journée entière lui soit consacré pour faire apparaitre quelles réactions il doit inspirer. Chacun trouvera par lui-même comment réagir, en entrant dans les débats de ce congrès, comme on trouve comment plaider, en entrant dans le dossier du client.

Cet affaiblissement est historique, il coïncide avec la perte du dernier Empire, le colonial, qui faisait régner la Loi française « world wide ». Il est institutionnel. Il coïncide avec l’avènement de la 5ème République qui a, de fait, subordonné le pouvoir législatif au pouvoir exécutif dans l’élaboration des lois. Il est opérationnel. Il coïncide avec la prise du pouvoir exécutif par une dynastie de très hauts fonctionnaires plus experts en règlements administratifs, qu’en compromis parlementaires.

Il faut ajouter à cette maladie de langueur, développée à l’intérieur du corpus législatif, les lois de pérennité éponymique de nombreux ministres, les lois à vocation médiatico politique, les lois jetables et celles jamais appliquées comme elles ont été votées etc.. Mais ce n’est pas tout, hélas. La dure loi française d’antan doit affronter la Soft law des échanges économiques et financiers globalisés qui l’affaiblissent.

Personne n’a d’autre choix. Il faut respecter des principes de gouvernance auquel il est recommandé de se conformer si on veut être bien noté par les dispensateurs des dollars si nécessaires. Sans toujours comprendre comment traduire dans notre loi d’attardés du siècle des lumières, ces beaux mots de compliance ou d’accountability. Sans préjudice de l’application exigée par les institutions communautaires des directives de la Middle law européenne nées des traités que la France à signés. En rechignant à les appliquer lorsqu’il s’agit de les voir donner à nos codes un volume et une complexité hors de portée de l’esprit humain.

Tout cela devrait décourager toute volonté de réaction. Erreur, surtout pour des professionnels du barreau. Ce foisonnement des textes crée une forte demande de connaissances et de conseils. C’est pourquoi les grandes firmes d’avocats Anglo saxons, pendant les années 80/90 ont absorbé l’activité de droit des affaires en France. Comme l’ont fait les grandes firmes d’audit pour les chiffres des entreprises. Le déclassement de l’économie française ne leur garantit plus la rentabilité qui les pousserait à conserver leur hégémonie. Une réaction des professionnels français serait pertinente, à condition, qu’à défaut de constituer des firmes, modèle peu français, les ambitieux se constituent en réseaux de compétences affirmées dans ces deux domaine de la Middle law communautaire et de la Soft law anglo saxonne.

La Loi française et la plupart des codes n’ont pas déserté les cabinets d’avocats, loin de la. Certes, le code pénal entraine la fourniture de prestations plus proches de celles d’un service public onéreux pour le prestataire, que d’un exercice libéral. Pire, l’extension de la délinquance est rendue prévisible par les conséquences des crises. Il faut éviter que cette activité, incontournable, conduise au déclassement d‘une partie de la profession d’avocat. C’est une raison supplémentaire de créer des réseaux de compétences aptes à concurrencer les firmes qui ont absorbé le droit des affaires. C’est affaire de temps, de vision et de volonté.

c). Le déclassement de l’institution judiciaire.

C’est un drame national. On peut comprendre que le Général de Gaulle, seul président de la République élu après avoir été condamné à mort, ait maudit ses juges militaires, comme les juges civils qui ont tous, sauf un, prêté serment au Maréchal qui l’a fait condamner. Mais 70 ans plus tard la sanction maintenue qui a rétrogradé l’institution judiciaire de pouvoir à autorité est un des éléments du déclassement de la France.

Les juges du corps et de l’ordre judiciaire en charge de la régulation de la société, historiquement défiants à l’égard des pratiques des membres des deux pouvoirs maintenus, l’exécutif et le législatif, sont à la fois les plus attendus dans la pratique de la vertu de justice et les plus critiqués sur l’exercice de cette mission. La justice rejette la soumission qui ne peut avoir cours en démocratie. Le pouvoir exécutif, agacé par le comportement médiatico politique d’une extrême minorité de juges qui font un bruit de vedettes du show bizz, tient la bride serrée à la majorité. Le pouvoir législatif accable les juges de lois mal faites, instables, de directives mal expliquées.

Les médias mettent de l’huile sur le feu pour entretenir le climat de suspicion et de dénonciation qui fait de l’audimat ou du lectorat. Les relations confiantes, naturelles, entre juges et avocats s’altèrent. Tout cela est catastrophique. Plus la crise entrainera de conséquences humaines, plus le redressement entrainera de conflits, plus le besoin d’une autorité reconnue, sereine, celle du juge, exigera d’être satisfait.

Pour tenter d’y arriver il est primordial que les réseaux de compétence des avocats portent le bonne parole de la reconnaissance aux juges. Il faudra de la persévérance, de l’intelligence, de la délicatesse, bien longtemps après avoir sonné le « halte au feu ». Les structures ordinales seules, si conscientes soient elles du danger de voir perdurer cette situation, n’y suffiront pas. Surtout si les effets de la crise atteignent les barreaux eux-mêmes. Cette troisième réaction sera de vraie utilité citoyenne.

En vous invitant à réfléchir sur les éléments de ce rapide panorama d’un terrain agité de nombreux tremblements, que dire en conclusion ? Agissez pour développer vos réseaux de compétences juridiques, off shore, d’apaisement sociétal indoor, et surtout de renforcement de notre institution judiciaire.

Michel ROUGER
27 janvier 2012

S'inscrire à notre Newsletter Presaje.Com.

Institut PRESAJE - 30 rue Claude Lorrain 75016 Paris
Tel : 01 46 51 12 21 - E-mail : contact@presaje.com
Association loi de 1901